Témoignage d’un étudiant ayant participé au Kodály Seminar 2015

David Farrés, professeur catalan installé à Paris, a déjà passé deux ans à l’institut Kodály de Kecskemét pour un Master en pédagogie.

kodalyL’expérience de participer au « Kodály Seminar 2015 » a été pour moi très enrichissante. Une manière de retrouver des collègues,  des anciens professeurs et des amis du master. Rencontrer aussi d’autres personnes, nous prouvant que Kodály ne s’arrête pas à un cercle fermé de gens déjà connus, bien au contraire : la pédagogie Kodály est vivante, c’est une méthode qui s’étend dans le monde entier et qui ne stagne pas. Une méthode dans laquelle les nouvelles générations poussent fortement (je m’inclus dans ce groupe là!).

C’est très réconfortant, pour nous qui venons d’un environnement musical un peu inhospitalier par rapport à Kodály (la France, l’Espagne, l’Italie), de se retrouver encore une fois au milieu d’un très grand groupe, formé de gens très différents qui partagent une même manière de comprendre la musique et son apprentissage.

J’ai aimé toutes les activités dans lesquelles je me suis inscrit au séminaire. Il faut dire que la flexibilité offerte par le bureau d’organisation est très grande, ce qui aide beaucoup ceux qui ne sont pas sûrs d’avoir choisi la bonne option, pour diverses raison : hésiter entre plusieurs préférences, ne pas connaître le professeur qui dirige l’atelier, ne pas être sûr que le niveau du groupe soit accordé avec le sien, etc.

Dans les activités communes nous pouvons remarquer encore une fois le grand niveau des séances avec László N. Nemes pour les moments de répétition avec le chœur qui réunissait les 160 participants. En travaillant avec lui, nous apprenons comment appliquer la méthode dans une répétition chorale, nous fournissant de nouveaux exercices adaptés au chœur. Il nous montrait à chaque fois un savoir-faire très intéressant et, surtout, un exquis goût musical. Une très bonne manière de se réveiller chaque matin !

Les cours de solfège étaient organisés par niveau. Chaque groupe était différent, selon les participants et la personnalité du professeur. Je suis très content d’avoir eu l’opportunité de travailler avec la grande professeure Katalin Körtvési, qui, en plus d’être une personne charmante, m’a inspiré très profondément. Par ses cours, nous comprenons comment enseigner le solfège à haut niveau.

Parmi les ateliers que le séminaire propose, j’ai participé au « Choir building and repertoire (secondary school and community choirs) » dirigé par Dr. Árpád Tóth. Un grand professionnel qui nous apporte une manière très fraîche de travailler avec les chœurs, en utilisant un répertoire peu commun mais de très bonne qualité, tout en étant accessible aux chœurs amateurs d’adolescents ou d’adultes.

La deuxième semaine, grâce à la flexibilité évoquée plus haut, j’ai picoré un peu de l’atelier « Developing musicianship skills for older beginners », avec Dr. James Cuskelly. James est un grand pédagogue australien, qui nous a montré un intéressant processus pédagogique permettant d’enseigner la musique aux adolescents et aux adultes débutant. J’ai aussi participé à l’atelier « Choral improvisation », avec le Dr. Árpád Tóth, qui nous a appris plusieurs jeux-activités pour travailler l’improvisation dans le chœur. Ces jeux ne sont pas seulement des exercices, mais sont aussi une possible base de travail développant une direction spécifique pour un chœur et son répertoire : le chœur improvisateur. Un grand plaisir, une fois de plus.

Comme si tout cela n’était pas suffisant, le séminaire nous offre des activités optionnelles, dans lesquelles je me suis inscrit : le « Vocal Ensemble », où le Dr. Tóth nous a prouvé encore une fois son frais modus operandi, et son exquis goût musical dans l’interprétation.

Je me suis également inscrit au cours particuliers avec  la Dr. Renáta Darázs, une excellente pédagogue du chant, très technique et diligente. Même avec la courte durée des séances et du séminaire, elle a réussi à me faire changer quelques mauvaises habitudes, améliorer ma technique vocale et mon son.

Pour conclure, ces deux semaines ont été très intenses, car cela était mon choix, et l’expérience a été très positive. Elle a renouvelé en moi plusieurs idées, m’a apporté de nouvelles énergies, beaucoup de nouveau matériel, du répertoire… et de la joie.

En attendant la prochaine !

David Farrés – Août 2015